jevaisvousaider

jevaisvousaider

LÂCHER PRISE

Le lâcher prise

ou

la loi de l'effort inverse

 

 

Alain Watts

…les anxieux n'acceptent pas l'idée que le monde soit changeant, léger et imprévisible. Ils redoutent ce qui échappe à leur passion de l'organisation...

 

  • Quand vous essayez de rester à la surface de l'eau, vous coulez.
  • Quand vous essayez de couler, vous flottez.
  • Quand vous retenez votre souffle, vous le perdez.
  • Si en nageant, vous êtes pris par un fort courant, résister vous sera fatal.
  • Vous devez nager avec le courant et vous rapprocher graduellement du bord.

 

  • Celui qui fait une chute avec les membres raides, les casse. Mais s'il les relâche comme un chat, il tombe sans se blesser.
  • Un immeuble sans « jeu » dans sa structure s'effondre plus facilement sous l'effet d'un choc imprévu.

 

Vous voulez échapper à la douleur ou à l'angoisse, mais plus vous luttez pour vous libérer, plus vous avivez vos soucis. Vous êtes effrayé et vous voulez vous montrer courageux, mais l'effort de se montrer courageux, n'est que de la peur essayant de se fuir elle-même.

 

Plusieurs pistes pour échapper à tous « ces excès d'effort ».

 

Alan Watts voit dans le MOUVEMENT DE L'EAU au bord d'un fleuve, un exemple de « désinvolture naturelle ».

L'eau est capable de surmonter tout obstacle par sa douceur et sa malléabilité, et, sur ses rives, le saule flexible survit là où le pin solide ne résiste pas.

Même les nageurs doivent se couler dans son courant ou son mouvement…

-         celui qui croit pouvoir résister ou nager à contre-courant, découvre à ses dépens, le POIDS de l'eau et celui de l'EFFORT INVERSE

-         les canards ne luttent pas contre le courant : ils dérivent tranquillement au fil de l'eau…

 

Alors, pour apprendre le LACHER PRISE, il vous invite à adopter la TACTIQUE DE L'EAU et retrouver le FIL DU COURANT

 

Il vous propose des images que les amoureux de la maîtrise comprendront bien :

-         celui qui s'inspire du mouvement de l'eau, se laisse couler dans les événements de sa vie avec un soupçon de distance qui lui procure bien-être et vraie tranquillité. Il utilise pour avancer les vagues ou les tourbillons que sont les émotions et les événements imprévus.

-         Il ne cherche pas à résister à ces mouvements incontrôlables car il a appris que la tranquillité ne se nourrit que de souplesse.

-         Le fait de se crisper sur ses défenses ou des grands principes, ne protège pas de l'incessante nouveauté de la vie.

-         Celui qui espère maîtriser ses ANGOISSES et les étapes de sa vie, manque souvent de SERENITE

-         Le BONHEUR se présente à celui qui ACCEPTE DE FLOTTER plutôt que d'essayer de construire un barrage pour arrêter la mer

 

Comment trouver, à la manière d'un nageur agile, la sécurité dans un monde flottant, dont la nature véritable est l'insécurité, la précarité, le changement continuel ?

 

Nous n'avons pas besoin d'actions brutales et encore moins de méthodes.

Nous avons besoin de CONSIDERER CHAQUE INSTANT COMME ABSOLUMENT NOUVEAU ET UNIQUE !

 

Cette approche de la loi de l'effort inverse, met en jeu des pouvoirs d'adaptation à la vie.

 

L'esprit, avec un peu de désinvolture, peut apprendre à jouer :

-         comme jouent les fondations d'un immeuble qui vacille sans rompre : en jouant, il absorbe les chocs comme un amortisseur.

 

Cette manière de céder la place n'est pas une fuite.

 

L'eau ne s'enfuit pas lorsqu'on la pousse. Elle cède à l'endroit où l'on pousse et se referme sur la main de celui qui la pousse.



09/05/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres