jevaisvousaider

jevaisvousaider

Père du latin pater

Le Père du latin pater

 

Le dieu unique –ou, dans les traditions polythéistes, le dieu suprême- figure idéalement le Père. Il incarne le pouvoir absolu, le créateur de l'univers et de l'humanité, l'autorité incontestable et incontestée. Tout-puissant, omniscient et omniprésent, le Père suggère la bienveillance autant que la tutelle exigeante et sévère.

A l'instar du père de famille, auquel incombent l'autorité et la loi, le dieu père décide, statue et juge, comparativement à la déesse mère, pôle nourricier et affectif, qui écoute, protège et génère. Traditionnellement, le dieu père est associé au ciel, alors que la déesse mère est identifiée à la terre. Les représentations donnent une image du père divinisé quasi immuable : de stature imposante, barbu, mature, tenant un sceptre, la foudre ou un bâton. Sa puissance rassure et protège le mortel placé sous son autorité, en même temps qu'elle lui inspire la crainte et le contraint au respect et à la dévotion.

 

Le père Noël, introduit au XIXème siècle dans l'imagerie populaire, intervient comme un substitut du père divin. Il est à la fois « adoré » par les enfants, puisqu'il apporte les cadeaux, mais il est aussi craint, puisqu'il peut les en priver s'ils font des bêtises ou ne sont pas sages.

 

Au plan psychologique…

… si l'importance de la mère est partout affirmée, la place du père est loin d'être assurée d'emblée.

…Être père, c'est donner son nom à son enfant, c'est payer de son travail la subsistance de son enfant, c'est l'éduquer, l'instruire, c'est l'appeler à plus de vie, plus de désir… C'est bien autre chose que d'être géniteur. Tant mieux, peut-être, si le père est géniteur, mais, vous savez, il n'y a que des pères adoptifs. Un père doit toujours adopter son enfant. Certains adoptent leur enfant à sa naissance, d'autres quelques jours après, voire quelques semaines plus tard, d'autres l'adopteront quand il parlera, etc. Il n'y a de père qu'adoptif…

Françoise DOLTO, l'Evangile au risque de la psychanalyse, Seuil page 25

 

La place du père dépend en fait étroitement, voire exclusivement, de la mère. LACAN théorise l'introduction du père dans la dyade mère-enfant et la reconnaissance future de son rôle par la résolution des enjeux Œdipiens. Selon cette structure, l'Œdipe se structure en trois temps temps :

1.    Dans un premier temps, (les stades oral et anal précédant), l'enfant (garçon ou fille) entretient une relation privilégiée avec sa mère. La dyade mère-enfant constitue le modèle relationnel unique. L'enfant désire être tout pour sa mère.

2.    Progressivement, le père devient de plus en plus important, présent et actif. En même temps qu'il ouvre l'horizon relationnel de l'enfant, il menace la dyade et s'oppose à la fusion. C'est le passage fondamental du deux (couple mère-enfant) au trois (enfant et couple parental). Le père apparaît ainsi comme un tiers séparateur. L'enfant, garçon ou fille, se trouve confronté(e) à l'interdit de l'inceste : il ou elle ne peut prendre la place du père auprès de la mère.

3.    l'Œdipe se sexualise avec un scénario différent selon le sexe de l'enfant : identification au père et séduction de la mère (garçon) et identification à la mère et séduction du père (fille). Cependant, pour Lacan, le père ne peut être intégré, c'est-à-dire accepté, que si sa parole est reconnue par la mère. Si elle ne reconnaît pas le rôle, l'autorité et la valeur du père, l'enfant reste soumis au désir et au pouvoir de la mère.

 

Dans la situation Œdipienne, le rôle de la mère est donc fondamental, en ce qu'elle laisse ou ne laisse pas la liberté au père de jouer son rôle.

 

Si le couple est fragile, la valeur du père, aux yeux de l'enfant, s'en trouve affectée. Si la mère s'oppose au père, l'enfant trouve là l'occasion de continuer à fusionner avec elle pour s'opposer au père.

 

Dans un couple divorcé, le père peut jouer son rôle si son autorité est reconnue. Ce n'est donc pas tant la présence ou l'absence effective du père qui importe, mais c'est bien le discours de la mère

 

Corinne Morel Symboles, Mythes & Croyances, l'A



19/07/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres